Le passager anonyme

27 septembre 2015

Le passager anonyme

Le taxi s’arrêta. Je descendis, puis je claquai la porte fortement derrière moi. J’entendis le son du moteur percer mes oreilles, et le véhicule s’éloigna. Mon IPhone à la main droite, j’avançai.

Je regardai à gauche puis à droite. Personne. Je traversai la rue tranquillement. Les rayons du soleil ardent parcouraient ma peau. Je sentis quelques gouttes de sueur couler sur mon front. Une chaleur au fond de moi me poussait à avancer de plus en plus vers l’ombre de l’immeuble.

Mon cœur commençait à battre comme chaque jour. Je le sentis sur le point de quitter ma cage thoracique. Les battements s’accéléraient avec chaque pas. Je pouvais entendre le sang parcourir mes veines.

Bub.

Je devenais de plus en plus proche. Mes pieds ne pouvaient plus me supporter. J’avançais plus lentement. Je n’avais pas peur. Peut-être. J’étais inquiet. Mais pourquoi ?

BuBub.

Ma main frissonnait sur mon portable. Je ne savais ce que je ressentais. Le vertige me dominait. J’ignorais la cause. Est-ce à cause d’elle ou à cause du soleil ?

BuBub.

Je savais exactement où elle s’installait. Je ne pourrais pas savoir si elle allait me voir ou pas. Je ne pourrais pas voir si elle était assise sur son bureau. J’avançais dans la direction inverse. Il fallait que je tourne le dos pour que je l’aperçoive.

Dans la matinée, quand je quittais la maison. Je me précipitais vers le coin de la rue pour attendre le taxi. Je passais devant son bureau. Quelquefois, j’essayais de jeter un regard rapide vers l’intérieur puis je détournais les yeux pour fixer le sol. Parfois, j’allumais l’écran du portable en faisant semblant de parler à quelqu’un. Aucune fois je n’ai été capable de ne pas faufiler mon regard vers l’intérieur.

Bub.

Je pouvais voir de loin sa main accoudée sur la table près de la vitrine. Avait-elle le regard plongé dans l’écran de l’ordinateur ? Avait-elle quelques clients qui occupaient son temps ? Etait-elle en train de discuter avec son partenaire ? Etait-elle au téléphone négociant avec l’une des sociétés ?

Je sentis ma tête tourner. Mon cœur ne pouvait plus supporter autant d’anxiété, de trac. J’avais l’impression que j’allais passer un examen. Un examen d’un autre genre. Un examen dont je ne connaitrais pas le résultat. Je ne saurais jamais si c’est positif ou pas. Je serais juste heureux de passer près d’elle. Une tranquillité d’âme. Un bien-être sans doute.

BuBub.

Mes pas ralentissaient en passant devant le bureau. Je me sentis comme un aveugle qui ne pouvait pas percevoir autour de lui. M’avait-elle vu ? Avait-elle remarqué ma présence ? Avait-elle mémorisé ma forme, mon apparence ?

Quelquefois, en passant le matin, elle me regardait droit dans les yeux. En la voyant scruter son écran, il m’est arrivé de ralentir le pas faisant sembler de regarder à l’intérieur. Elle m’apercevait. Son partenaire près d’elle me remarquait. Mais, je pressais les pas dès qu’il me regardait. Il y avait quelque chose de secret entre nous. Il y avait quelque chose de magique qui me rendait heureux et dont je ne comprenais pas la cause.

Mes pieds tremblaient. Je dépassai le bureau, un sourire aux lèvres. J’essayai de voir du coin des yeux si elle m’avait aperçu. Se demandait-elle qui était ce passager mystérieux qui l’observait le matin et l’après-midi ? Aurait-elle la curiosité de me connaître ?

Un bonheur secret envahit mon cœur dont j’ignorais la cause. Je me dirigeai vers le garage de l’immeuble et ouvrit la grande porte. Ma mission était achevée aujourd’hui.

A la matinée suivante, avec un grand espoir qu’un jour, je la regarderais droit dans les yeux pendant quelques moments, et j’aurais le courage de lui parler.

 

 

Partagez

Commentaires